Projets

2018

Couleur et lumière

Couleur et lumière (2018)

Vidéo documentaire de 5 minutes.

Noir d’ivoire et blanc de titane – couleur et lumière

Peinture acrylique sur feuilles d’acrylique coloré, qui ont été pliées et assemblées

Galerie Hugues Charbonneau, Montréal, du 16 janvier au 23 février 2019
NARS Foundation, Brooklyn, du 12 octobre au 9 novembre 2018

Ayant réduit ma palette au noir et blanc en 2012, je tente depuis 2015 d’intégrer la lumière au tableau, en peignant sur des supports d’acrylique (communément appelé plexiglas), exploitant la transparence, les reflets, la réversibilité et la plasticité de ce matériau. En ajoutant la lumière réelle aux paramètres traditionnels de la peinture abstraite, je cherche à créer une complexité visuelle qui reflète notre époque où l’écran est omniprésent.

Dans ce projet, j’ai tenté de réintroduire la couleur dans mon travail, par l’entremise du support. J’ai été séduite par un plexiglas aux couleurs primaires dites fluorescentes, dont les arrêtes projettent de la lumière. En exploitant ce matériau très connoté au design, le défi a été de créer une fascination de la couleur et de la matière propre à la peinture. Pour y parvenir, j’ai employé les supports comme s’il s’agissait de peinture : en portant une attention particulière aux effets de couleur et de luminosité qu’ils produisent. Ainsi, j’ai délaissé les motifs typiques de mes projets précédents pour privilégier des dégradés du clair au sombre, qui se forment quand une épaisse couche d’acrylique s’amincit graduellement pour laisser transparaitre la couleur du support. Ces dégradés modifient subtilement la teinte des panneaux, leur transparence et le degré de lumière qu’ils laissent passer.

J’ai ainsi créé des tableaux tridimensionnels qui s’attachent au mur, mais s’avancent dans l’espace pour capter la lumière. Leurs panneaux de couleurs primaires se superposent, créant de nouvelles couleurs, des effets lumineux et des jeux de (dé)voilement. Le mur lui-même, peint en noir sous certains tableaux, transforme leur teinte et ajoute à cet effet d’étagement. Réversibles, les tableaux se révèlent contradictoires sous leurs différents profils. Pourtant, il est facile de déconstruire mentalement leur structure, qui est entièrement exposée. Ce potentiel d’illusion de la peinture, qui agit même lorsque ses matériaux sont transparents, constitue une part essentielle de ce projet. Entre transparence et opacité, entre illusion et objectité, le tableau déploie des contradictions d’une manière unique.

Mes remerciements chaleureux à l’École des arts visuels et médiatiques et la Faculté des arts de l’UQAM, au Conseil des arts du Canada, ainsi qu’à la Fondation Joseph Plaskett pour le financement de ce projet. J’aimerais aussi souligner la contribution active et précieuse de mon habile, intelligente et fiable assistante d’atelier Éloïse Carrier. Le soutien technique de David Allard Martin, Mario Baillargeon, Danny Glaude, Olivier Heaps-Drolet, Ianick Raymond et Jean Talbot s’est également avéré essentiel.

Vidéo : Guillaume Roy-Messier
Photographe : Jean-Michael Seminaro